Dünkelsbühler Oudée

Forcener le subjectile in « Artaud, Dessins et portraits », par Jacques Derrida, livre publié par Paule Thévenin, 1986
Document du dimanche 4 février 2018

par  Manuel Pérez Rodrigo

PNG - 416.6 ko

Derrida – Heidegger – Nancy

Groupe de lecture surnommé « Heidi » à Hambourg (depuis 2002) :
U. Oudée Dünkelsbühler, Simon Starke, Nina Rippel, Gereon Wulftange, Stefanie Maxim et al. :

un vendredi soir par mois (les dates s’alignent sur l’accord commun) … et on reprend :
le 13 octobre 2017, de 20h–22h30 (participation sur inscription).

Jacques Derrida, Forcener le subjectile / Das Subjektil ent-sinnen

in Thévenin, Paule et Derrida, Jacques Artaud. Dessins et portraits, Schirmer/Mosel Verlag 1986 ; Gallimard 1986.

Tout en prenant du plaisir sérieux à essayer de résister à toute « capitalibilité » et à tout académisme boulimico-savant, le geste qui aura poussé les « close readings » (lectures lentes, errantes et aérantes, aussi près du texte que possible) se laisse peut-être décrire comme le mouvement performatif, risqué à chaque fois et foi, de ce que Derrida donne à lire à son tour comme « critique » dans Spectres de Marx :

« Cette critique appartient au mouvement d’une expérience ouverte à l’avenir absolu de ce qui vient, c’est-à-dire d’une expérience nécessairement indéterminée, abstraite, désertique, livrée, exposée, donnée à son attente de l’autre et de l’événement. » (p. 148)

« Vorlesen, mitlesen, zuhören, reinreden, die Stimme erheben, ahnend erstottern, fragend empört, Fragen neu aufwerfend, in Gang bleibend, der Sache nachgehend, eine helle Spannung würdigend, den Witz würdigend, auf jeden Fall die Tür nicht ins Schloss fallen lassen. » Simon Starke

[Traduction en baragouin : « Lire à haute voix, suivre le texte, l’écouter, l’interrompre, hausser le ton, bafouiller en soupçonnant, mettant en question de manière indignée, re-posant des questions bêtes ou pas, soutenant et poursuivant la chose, rendant justice à une tension éclaircie, rendant justice au mot d’esprit, à aucun titre ne laisser claquer la porte. » Simon Starke]

Chronique des textes lus :
J. DERRIDA, Aufzeichnungen eines Blinden / Mémoires d’aveugle (alld./frç.)
J. DERRIDA, Die Différance / La différance (alld./frç.)
J. DERRIDA, « Jahrhundert der Vergebung » / « Le siècle et le pardon » (alld./frç.)
J. DERRIDA, « Die Signatur aushöhlen – eine Theorie des Parasiten » (alld.)

M. HEIDEGGER, Der Ursprung des Kunstwerks
M. HEIDEGGER, Identität und Differenz
M. HEIDEGGER, Was heißt denken ?
J.-L. NANCY, Zum Gehör / À l’écoute (alld./frç.)

Lieu : Hamburg-Altona (adresse sur inscription)
Contact : Oudée Dünkelsbühler -–– psychoanalyse duenkelsbuehler.de