AVRIL 2015, Livre : « Pourquoi la guerre aujourd’hui », Jean Baudrillard, Jacques Derrida, présentation par René Major

Document du dimanche 22 novembre 2015
Article mis à jour le 23 novembre 2015
par  Jacques Derrida , Jean Baudrillard , René Major , IHEP , art./M.P.R. , wm

En librairie le 13 avril 2015

Jean Baudrillard et Jacques Derrida

Pourquoi la guerre aujourd’hui ?

Présentation par René Major

Nouvelles Éditions Lignes

« Pourquoi la guerre aujourd'hui », Jean Baudrillard, Jacques Derrida, présentation par René Major
« Pourquoi la guerre aujourd’hui », Jean Baudrillard, Jacques Derrida, présentation par René Major

Unique débat public, resté inédit, entre deux des intellectuels français les plus importants de la fin du siècle dernier, en février 2003, à la veille de l’intervention américaine en Irak. Opposant les moyens de la pensée à cette guerre-là, qui s’exceptait de tout droit international ; pensant la guerre contemporaine en général et les guerres à venir. Un Dvd de l’enregistrement du débat est joint au livre.

Début 2003, un impressionnant dispositif de guerre a pris position dans le Golfe. On soupçonne le dirigeant de l’Irak, Saddam Hussein, de disposer d’armes de destruction massive et de s’apprêter à en faire usage contre les États-unis d’Amérique. On lui prête même, contre toute évidence, des liens étroits avec Oussama Ben Laden, le commanditaire présumé des attentats du 11 septembre 2001 à New York et à Washington. Le président des États-unis, George W. Bush, dont l’élection avait été contestée en l’an 2000, réunit autour de lui une équipe de « néo-conservateurs » qui, de longue date et bien avant qu’elle soit au pouvoir, n’a pas caché sa volonté de rompre avec toute politique de containment (retenue), préconisée par le précédent gouvernement, pour s’en prendre de manière radicale aux États qu’elle considère comme des « États voyous » : rogue states.

Bien que la commission d’enquête des Nations Unies ne parvienne pas à trouver trace en Irak d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires, le département d’État américain s’évertue à tenter de convaincre, aussi bien le peuple que les représentants des États membres des Nations Unies, du réel danger que représente l’Irak. Plus encore que d’avoir percé le bouclier de son invulnérabilité, avec l’effondrement des tours jumelles, le 11 septembre lui laisse entrevoir le spectre, bien pire, d’un attentat bactériologique ou nucléaire.

C’est dans ce même mois, le 19 février 2003, alors que s’intensifient les préparatifs de guerre, que René Major et l’Institut des hautes études en psychanalyse ont l’idée d’organiser cette rencontre publique inédite, et hélas unique (Jacques Derrida décédera l’année suivante), de deux des plus grands intellectuels français (probablement aussi des deux intellectuels français les plus connus à l’étranger), pour débattre de la situation. Débat intense, où chacun confronte ses analyses, moins à son interlocuteur qu’à la situation, teste leur validité théorique (Qu’est-ce qu’un événement ? qu’est-ce qui résiste du réel quand le virtuel lui dispute l’hégémonie de la représentation ? qu’y entre de l’inconscient ? quelle autorité a encore le droit, même international ?, etc.).

René Major, qui alimente ce dialogue, présente et conclut, longuement, en 2014, cet échange que leurs auteurs s’étaient accordé à publier.

La rencontre a été filmée. Un Dvd de cet enregistrement est joint au livre, en partenariat avec La Compagnie des Phares et Balises.


Publications

Derniers articles publiés