Hélène Cixous • Aérer la chambre du Crime • Fondation de l’Allemagne, Maison Heinrich Heine, Paris

Document du samedi 1er septembre 2012
Article mis à jour le 27 février 2015
par  Hélène Cixous , wm

http://ihep.fr/13

Contact : cliquer sur le nom des auteurs du séminaire ci-dessus.
Pour contacter l’IHEP : formulaire webmestre où aussi adresse email est indiquée.

« Aérer la chambre du Crime »

Collège International de Philosophie et Université Paris VIII — Maison Heinrich Heine
Séminaire à la Fondation de l’Allemagne, Maison Heinrich Heine, Grande Salle, 27C, boulevard Jourdan à Paris (14e), Tramway T3 ou RER B - Cité Universitaire :
Samedi 10 novembre 2012, de 9h30 à 15h30.
Samedi 8 décembre 2012, de 9h30 à 15h30.
Samedi 12 janvier 2013, de 9h30 à 15h30.
Samedi 23 février 2013, de 9h30 à 15h30.
Samedi 23 mars 2013, de 9h30 à 15h30.
Samedi 20 avril 2013, de 9h30 à 15h30.
Samedi 25 mai 2013, de 9h30 à 15h30.
Samedi 15 juin 2013, de 9h30 à 15h30.

Voilà le motif et le mobile de la littérature. Faire passer l’air de l’écriture, la rumeur, la rumination, dans la chambre où couve l’assassinat — afin de le sauvegarder.
Veiller à établir le rythme de la double souffrance. Comme Kafka, comme Proust, comme Derrida, se demander : qu’ai-je de commun avec telle race maudite, avec les juifs comme avec les femmes, comme Dostoïevski avec les petits enfants comme avec les bannis et bagnards. Se garder comme, se garder de dire, garder le secret, jusqu’à une certaine heure.
On le sait — le sait-on ? — écrire c’est sans l’avoir voulu oser dire qu’on a tué sa mère, sans l’avoir voulu. C’est elle qui a commencé, songe le poète. Ne nous a-t-elle pas abandonné ? N’a-t-elle pas, l’adorée, éveillé en nous « Les Sentiments Filiaux » qui nous injectent dans le cœur le poison-poème ? Le poète, s’il s’appelle Proust comme Rousseau ou Dostoïevski comme Genet, cherche sans fin « une arme qui tuerait le jeune homme parfait qui m’habite et m’oblige à donner asile à tout un peuple animal ».
Dans la chambre fracassée, où s’attarde en soupirant la Voix de maman, la Vie, nous rappelle Proust, oui, la vie, apporte au garçon son présent : fusil, revolver et plume.

On se rappellera donc :
Kafka : Journal — Le Verdict
Dostoïevski : Les Possédés
Derrida : Circonfession — Abraham, l’autre (dans Judéités) — États d’âme de la psychanalyse
Genet : Le Captif Amoureux
Proust : Jean Santeuil — La Recherche du temps perdu
Cixous : Revirements — Simples


Publications

Derniers articles publiés