Anne BOURGAIN et Manuel PÉREZ RODRIGO, « Interprétation et résistance du no-n-m qui résistent au propre » — Au Cercle Freudien, 10, passage Montbrun, Paris 14e, Mº Alésia - les lundi 4 mai et 1er juin 2015 de 21h à 23h

Document du mercredi 17 septembre 2014
Article mis à jour le 3 mai 2015
par  Anne Bourgain , Manuel Pérez Rodrigo , art./M.P.R.

Séminaire IHEP
Anne Bourgain
Manuel Pérez Rodrigo

Le premier lundi du mois à 21 h, d’octobre 2014 à juin 2015,
dans les locaux du Cercle Freudien au 10, passage Montbrun, Paris 14e ; Métro Alésia.

2014 : lundi 6 octobre — 3 novembre — 1 décembre ;
2015 : lundi 5 janvier — 2 février — 2 mars — 4 mai — 1er juin.

Interprétation et résistance du no-n-m qui résistent au propre

Pour garder le fil des années précédentes sur la clinique de la servitude et les enjeux de l’interprétation, et prolonger la dernière discussion qui soulevait une résistance à la notion de résistance, nous proposons cette année de mettre au travail la notion du no-n-m propre ou proche. Le non comme contestation — s’il peut y en avoir une — et le nom même du contestataire ou du contesté.

Le nom propre désigne sans signifier, si ce n’est sur le plan de l’imaginaire. Nous suivrons donc la piste de ces propriétés imaginaires du nom. Qu’est-ce que le nom transmet ? Entre appropriation et dé-propriation, quelle est la servitude du nom ? Qu’est-ce qu’endosser le nom ? celui de l’Autre ? le sien propre ? Qu’est-ce qui reste anonyme, innommé, dans le nom ? Comment interpréter, traduire, au cœur même de la langue analytique ? Autant de questions sont mises au travail par René Major, qui s’est particulièrement intéressé à la logique du nom propre dans le transfert. Il y a en ce domaine beaucoup à défricher et à déchiffrer. Nous tenterons aussi d’aborder la question du double et celle du nom dans la psychose.

Nous partirons de cet impossible à dire qu’évoque le nom propre. La clinique analytique commence avec le symptôme, et avec la résistance du symptôme à l’interprétation. Pour l’ouverture du séminaire, nous nous appuierons sur la proposition de Michel Hessel de nous arrêter un moment sur Inhibition, symptôme et angoisse.

« C’est pourtant ainsi que se conduisent les névrosés. (…) ils savent depuis longtemps que la castration n’est plus pratiquée en tant que punition et pourtant ils se conduisent comme si les anciennes situations de danger subsistaient encore, ils restent attachés à toutes les conditions d’angoisse antérieures. » (Freud, Inhibition, symptôme et angoisse, 1925).

Ça résiste. Pour nous y frayer un chemin, nous poursuivrons par les textes suivants :

La préface et l’introduction de Herbert Marcuse (1955), Éros et civilisation, Minuit 1963.

« L’idéologie du nom propre » in René Major, De l’élection, Aubier, 1986.

Dans une lettre à Maxime du Camp, Flaubert disait :

« On meurt toujours dans l’incertitude de son nom propre.
Est-ce à dire qu’on vit dans la fausse certitude du nom ?
Ou qu’on recherche vainement toute sa vie la vérité de ce nom ? »

Jacques Lacan, L’Identification, Leçon VI, mercredi 20 décembre 1961

Pour faire écho à notre dernière discussion sur le sens, le pas de sens, ou le trop de sens :

« Psychanalyse » in Jean-Luc Nancy, Le Sens du monde, Galilée, 1993.

« Dissidence du corps ou l’État sans tête », in René Major, L’Agonie du jour, Aubier, 1978.

« Le professeur eut finalement recours à une machine qui devait opérer de manière décisive sur les pensées de Nathalia. En cas de résistance acharnée à toute soumission, cette machine infernale prévoyait de s’attaquer aux différentes parties du corps et d’agir par une action combinée sur le psychisme et sur les organes physiques, en particulier sur les organes des sens. »

Freud, Pourquoi la guerre ? (Warum Krieg ?), 1932. (texte 7)
En réponse à la question d’Albert Einstein publiée dans « Comment je vois le monde » :
Que peut-on faire pour détourner les hommes de la fatalité de la guerre ?
Ce texte pourra être accompagné de « Comment la violence vient à l’homme » et de « La pulsion de pouvoir et le désir de se rendre maître » in René Major, L’Agonie du jour, Aubier, 1978.

Nous poursuivrons sur la résistance au nom avec :

« Le nom propre » in Geoffrey Bennington et J. Derrida, Jacques Derrida, 1999, p. 100-109. ;

« La guerre des noms propres » in La violence de la lettre, in Jacques Derrida, De la grammatologie, 1967, p. 157-173. (texte 8) ;

Jacques Derrida, Sauf le nom, Galilée, 1993 ;

accompagné de René Major, « Sauf le nom, ou au non du nom » (inédit, 6 octobre 2001).

Lectures complémentaires :

Jacques Derrida, Otobiographies, l’enseignement de Nietzsche et la politique du nom propre, Galilée, 1984.
Pierre Alféri, Guillaume d’Ockham le singulier, Minuit, 1989.
Jean-Luc Evard, Métaphonies. Essai sur la rumeur, Éditions de la Revue Conférence, 2013.


Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique